30 ans de soutien à la lutte pour le droit à l’alimentation et à la nutrition

Au-delà de la sécurité alimentaire, vers la souveraineté des peuples

La première série de « La lutte pour le droit à l’alimentation et à la nutrition » regarde des concepts clés dans le cadre de la souveraineté des peuples, au-delà des frontières de la sécurité alimentaire.

L’interprétation et l’application du droit à l’alimentation ont évolué significativement depuis qu’il a été inclus à l’Article 25 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme (DUDH) en 1948. Cependant, pas suffisamment pour empêcher que 795 millions de personnes ne souffrent de la faim et deux milliards de cas de malnutrition due à des régimes alimentaires déséquilibrés - une autre forme de faim, affectant principalement les enfants et les femmes en âge de procréer.

Le concept du droit à l’alimentation tend à être étroit et à ne pas tenir compte de sa dimension nutritionnelle. Qu’est-ce que « nutrition » signifie vraiment ? L’alimentation n’est pas une simple marchandise ou un « remède » ; elle est l’expression d’un processus social de nourriture, dont le bien-être nutritionnel n’est pas seulement l’objectif, mais un pré-requis.

Au même temps, le rôle des femmes est souvent négligé : une grande partie de la faim et de la malnutrition continuent de se produire parce que les femmes sont traitées comme des citoyens de seconde classe dans la plupart du monde. Peut-on assurer que le droit à l’alimentation et de la nutrition pour tous, sans la pleine réalisation des droits des femmes ?

Télécharger le pdf : "Le droit à l’alimentation et la nutrition. Au-delà de la sécurité alimentaire, vers la souveraineté des peuples"

PDF - 190.1 ko