29 mai 2012

Audience internationale publique, séminaire sur la situation concernant les droits humains des communautés paysannes au Bajo Aguan

Du 28 au 30 mai 2012, une audience publique ainsi qu’un séminaire international se tiendront à Tocoa, Colon, au Honduras, à propos de la situation des droits humains des communautés paysannes du Bajo Aguan. Cet événement est organisé conjointement par neuf organisations et réseaux internationaux [1] qui ont suivi la situation des droits humains au Honduras, et en particulier dans le Bajo Aguan, ces dernières années. Les partenaires locaux de cet événement sont l’Observatoire permanent pour les droits humains au Bajo Aguan, ses organisations membres et les organisations des droits humains nationales.

Jusqu’alors, 26 experts et représentants des organisations et réseaux internationaux, provenant de 12 pays en Amérique latine et Europe, ont confirmé leur participation. Les secrétaires exécutifs de la Commission inter-américaine des droits de l’Homme, du Haut-Commissaire aux droits de l’Homme des Nations Unies et du Parlement européen vont participer en tant qu’observateur à l’audience publique et en tant qu’intervenants au séminaire international. Les autorités nationales, le corps diplomatique présent au Honduras, les experts nationaux, la société civile et les médias nationaux et internationaux sont aussi invités.

La détérioration importante de la situation des droits humains au BajoAguan a provoqué une sérieuse préoccupation au niveau national et international. Depuis septembre 2009, 47 personnes affiliés au organisations paysannes ont été assassinées, ainsi qu’un journaliste et sa compagne dans le contexte du conflit agraire au Bajo Aguan. De plus, un paysan a été porté disparu depuis le 15 mai 2011. Tous cela montre le rôle vital que la communauté internationale joue en suivant cette situation [2].

L’audition publique internationale se tiendra le 28 mai avec les objectifs suivants :
a) les victimes et leurs familles témoigneront devant une audience internationale vouée à faire respecter pleinement les droits humains.
b) Augmenter la visibilité de la situation des droits humains des communautés paysannes au Bajo Aguan.

Les acteurs principaux de cette audience seront les victimes, leurs familles et les témoins des violations des droits humains qui ont été commises depuis septembre 2009. Les représentants des institutions étatiques ont aussi été invités à discuter des mesures prises jusque là et celles que l’Etat hondurien doit prendre.

Le séminaire international se tiendra le 29 et30 mai avec les objectifs suivants :
a) Analyser la situation des droits de l’Homme presque 3 ans après le coup d’État
b) que les processus locaux, nationaux et internationaux qui défendent les droits humains des paysans, partagent et travaillent ensemble autour des possibilités offertes par le système interaméricain des droits de l’Homme, les outils leur étant accessible ainsi qu’aux juges et avocats, et le processus vers une résolution des Nations Unies sur la promotion et la protection des droits des paysans, qui va être discuté par le Conseil des droits de l’Homme pendant sa prochaine session en juin 2012 à Genève.

Si vous souhaitez recevoir plus d’information sur ces événements et la situation au Bajo Aguan, veuillez contacter Claudia Pineda de FIAN International - Honduras Section. Telephone : (00504) 22326780, 22355226,ou par e-mail : fianhonduras[at]yahoo.es


Notes

[1APRODEV (Association of World Council of Churches related Development Organizations), basée à Bruxelles ; CIFCA (Copenhague Initiative for Central America and Mexico), based in Brussels ; Rights Action, basée à Washington DC ; FIAN International (International Organization for the Right to Food), basée à Heidelberg ; FIDH (International Human Rights Federation), basée à Paris ; (LAWG) Latin America Working Group, basée àWashington DC ; (PIDHDD) Inter-American Platform of Human Rights, Democracy and Development, basée à Quito ; Rel-UITA (Latin American regional branch of the International Food, Agricultural, Hotel, Restaurant, Tabacco and Allied Workers’ Association), basée àMontevideo ; TROCAIRE, based in Dublin ; and Vía Campesina Internacional, based in Jakarta.

[2voir aussi le rapport annuel 2011 de la Commission inter-américaine des droits de l’Homme, Chapitrer IV, Honduras, Bajo Aguán Situation, numerals 295-302, publié en avril 2012, Washington D.C., à http://www.oas.org/es/cidh/docs/anual/2011/indice.asp