« Si tu donnes un poisson à un homme il mangera un jour. Si tu lui reconnais son droit à la terre et aux ressources naturelles, il mangera toute sa vie ! » (revisitation du proverbe de Lao Tseu).

Avancées dans les luttes des communautés

Bien que les luttes des communautés soient des combats épuisants et difficiles vu leurs faibles moyens face à la puissance des entreprises multinationales ou des États, FIAN a pu contribuer à des avancées importantes pour les droits des groupes et des communautés à travers son travail de documentation, d’interpellation, de relais et de pression.

Création de nouveaux instruments de protection pour les groupes vulnérables

Le statut consultatif de FIAN auprès des Nations-Unies a permis à l’organisation d’influencer le système de protection des droits humains au profit de groupes vulnérables, y compris des paysans et paysannes, des sans-terres et des femmes. FIAN a notamment joué un rôle clé dans l’adoption de plusieurs instruments clés tels que : L’Observation générale No.12 sur le droit à l’alimentation en 1999 ; les Directives sur le droit à l’alimentation en 2004 ; les Directives pour la gouvernance foncière de 2012. Depuis 2012, FIAN est particulièrement impliqué dans le processus d’élaboration d’une Déclaration sur les droits des paysans et l’adoption d’un traité contraignant pour les entreprises et les droits de l’Homme.

Outre le plaidoyer international, FIAN Belgium a appuyé l’élaboration d’une proposition de loi-cadre sur la mise en œuvre du droit à l’alimentation par la Belgique et a coordonner la rédaction d’un rapport sur le droit à l’alimentation en Belgique devant le Conseil des droits de l’Homme.

Construction d’un mouvement citoyen pour l’accès à la terre et la souveraineté alimentaire en Belgique

Depuis plusieurs années, FIAN Belgium collabore avec les mouvements paysans, les réseaux de consommateurs responsables (GAC/GASAP), les associations environnementales, pour renforcer un mouvement citoyen qui réclame la souveraineté alimentaire.