15 mars 2010

Crise de la faim au Kenya, résultat de violations du droit à l’alimentation

Le Kenya souffre de sécheresses récurrentes. Mais, depuis trois ans, elles sont sans précédents de mémoire d’homme.

Bruxelles, 15 mars 2010 - “La crise de la faim au Kenya, résultat de violations du droit à l’alimentation” est le titre d’un rapport lancé aujourd’hui par FIAN International et le Réseau africain pour le droit à l’alimentation (RAPDA). Une mission d’investigation internationale menée conjointement par RAPDA et FIAN avait, en septembre 2009, enquêté sur le respect du droit à l’alimentation dans un contexte de sécheresse et de famine dans certaines régions du pays.

Bien que la gravité de la famine ait été exacerbée par le manque de pluie mais aussi par les contrecoups de la violence post-électorale de 2007, un certain nombre de problèmes structurels ont conduit à la famine au Kenya : de fortes inégalités, l’exclusion des plus pauvres et vulnérables de la vie sociale, économique et politique, la corruption généralisée et le népotisme, le manque d’investissements dans une agriculture durable et un cadre politique et législatif fragmenté et contradictoire.

« Dans ce contexte, le gouvernement du Kenya ne respecte pas l’obligation qui est la sienne de respecter, protéger et satisfaire le droit à l’alimentation inscrit dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, dans le Pacte international relatif aux Droits économiques, sociaux et culturels et dans d’autres instruments internationaux et régionaux des droits humains », précise Abigail Booth, vice-présidente de FIAN International et un des auteurs du rapport.

Quatre études de cas illustrent les défis pour parvenir au respect du droit à l’alimentation. « L’investigation a permis de constater l’extension de l’insécurité alimentaire dans le pays et le peu de communautés qui n’en sont pas affectées », explique le coordinateur adjoint de RAPDA, Sheikh E.T. Lewis. « Elle met aussi en évidence une série de violations du droit à l’alimentation qui contribuent à prolonger et aggraver la famine au Kenya », ajoute-t-il.

Voir le rapport en anglais à l’adresse :

http://www.fian.org/resources/documents/others/kenyas-hunger-crisis-the-result-of-right-to-food-violations/pdf