11 septembre 2013

Déclaration de l’ONU sur les droits des paysans : soutien et résistance au menu

Bruxelles, 11 septembre 2013 - Le groupe de travail intergouvernemental chargé de la rédaction de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et d’autres personnes travaillant dans des zones rurales s’est réuni du 15 au 19 juillet 2013 lors de la session du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU.

Depuis de nombreuses années, le mouvement international paysan La Via Campesina, qui représente environ 200 millions de paysans du monde entier, incite l’ONU à adopter une déclaration sur les droits des paysans, en collaboration avec d’autres organisations de la société civile. FIAN appuie ce processus depuis le début. Lors de sa première session, le groupe de travail intergouvernemental des Nations Unies a consacré ses débats au droit à la terre, à la notion de souveraineté alimentaire et de propriété intellectuelle, au processus en faveur de l’adoption d’une déclaration de l’ONU sur les droits des paysans et d’autres personnes travaillant dans des zones rurales.

Pour rappel, ce groupe de travail a été établi suite à une résolution du Conseil des droits de l’Homme en octobre 2012. Il a pour mandat de négocier un projet de déclaration sur les droits des paysans à présenter au Conseil des droits de l’Homme. Une majorité de pays y est favorable, mais d’autres, en particulier les États-Unis et plusieurs États membres de l’UE, dont la Belgique, ont décidé de ne pas s’engager dans les négociations. Ils craignent notamment l’émergence de nouveaux droits.

FIAN trouve cette position inacceptable. « Forts de notre longue expérience, nous affirmons que les droits des paysans sont des droits humains. Nous soulignons également que les problèmes auxquels les paysans et paysannes et les autres personnes travaillant dans des zones rurales sont confrontés affectent vraiment les droits fondamentaux et ne peuvent dès lors pas être simplement considérés comme des conflits d’ordre économique ou politique. [...] Nous ne devons pas oublier que la protection des paysan(ne)s et autres petits producteurs n’est pas seulement nécessaire à leur existence mais bien à celle de l’humanité toute entière  », a souligné Philip Seufert de FIAN International.

Le Groupe de travail tiendra sa deuxième session en 2014. Il a confié à sa Présidente-Rapporteuse Mme Angélica C. Navarro Llanos (Bolivie) la préparation d’un nouveau texte à la lumière des débats qui ont eu lieu.

Télécharger notre fiche de synthèse ici :

PDF - 421.9 ko
2013_03_Factsheet_De­claration_Droits_des­_paysans_FIAN

Claire Guffens, chargée de projets