18 octobre 2011

Déclaration des OSC sur les Directives Volontaires

Rome, 17 octobre 2011

Les Organisations de la Societé Civile (OSC) se félicitent des résultats du second tour des négociations sur les Directives Volontaires sur la gouvernance responsable des régimes fonciers des terres, pêches et forêts et invitent les gouvernements à conclure les négociations au plus tôt.

Après une semaine intense de négociations, les OSC font un bilan positif des résultats obtenus sur le fond : des décisions cruciales pour les organisations et les mouvements sociaux ont été prises, par exemple, la reconnaissance et la protection des systèmes fonciers coutumiers, de la tenure des forêts et des zones de pêche et la protection des défenseurs/défenseuses des droits des paysans/paysannes, des pêcheurs et des pêcheuses, des peuples autochtones, des éleveurs et éleveuses nomades et des sans terre ainsi que l’engagement de ne pas criminaliser les luttes sociales pour la défense de leurs ressources naturelles.

En dépit du marathon de négociations, durant lesquelles 74% du texte a été adopté, et l’esprit constructif démontré par toutes les parties, il n’a pas été possible de mener à terme les négociations à temps pour l’adoption des directives lors de la 37ème session du CSA, principalement en raison de la complexité des sujets abordés.

Plusieurs questions épineuses telles que celles relatives aux investissements dans l’agriculture demeurent ouvertes et font face à une forte résistance de la part de plusieurs gouvernements. Lors de sa 37é réunion, le CSA décidera de la date de la reprise des négociations. Les OSC exhortent le CSA et les gouvernements à conclure dès que possible les négociations afin de parvenir à un accord international permettant d’empêcher les accaparements de terres.

Elles demandent également de maintenir les accords déjà conclus, dans la mesure où le texte adopté jusqu’à maintenant reflète la présence des mouvements sociaux et des OSC présents à ces négociations, qui ont rappelé aux gouvernements leur obligation de défendre leurs intérêts et de veiller à remplir leur responsabilités nationales et internationales en matière de droits humains.

La semaine dernière, les OSC ont remis au président du Comité sur la sécurité alimentaire mondiale (CSA) l’Appel de Dakar contre l’accaparement des terres, signé par 870 organisations à travers le monde. Les OSC demandent que le texte de cet appel soit pris en compte dans le cadre des négociations et qu’une déclaration soit faite pour demander l’interdiction de l’accaparement des terres.