FIAN incite le Parlement européen à intervenir pour le soutien des Guaranis


En 2010, une délégation de représentants des Indiens Guarani_Kaiowá au Brésil, FIAN Brésil, le Conseil Missionnaire Indien (CIMI), Reporter Brazil et le groupe local de Welkenraedt FIAN Belgium ont envoyé une lettre à la Commission des droits de l’Homme de l’Union européenne concernant les violations des droits humains commises contre les indiens Guarani- Kaiowá dans l’état du Mato Grosso do Sul au Brésil.

Les Guarani-Kaiowá ont perdu plus de 90% de leurs terres ancestrales suite à l’expansion de l’élevage et de la culture du soja et de la canne à sucre, et vivent actuellement dans des conditions très précaires.

L’accès des peuples autochtones à leur territoire ancestral est un droit garanti par la Constitution fédérale brésilienne et par les pactes et conventions signés par le Brésil. En 2007, le gouvernement brésilien (FUNAI) a entrepris, en soussignant les Termes d’Ajustement de Conduite avec le Ministère public fédéral brésilien (MPF), d’identifier et de délimiter les 36 territoires traditionnels des Guarani-Kaiowá avant juin 2009, cependant le processus de démarcation n’a pas été finalisé, et les attaques contre les Guarani continuent.

En décembre 2012, FIAN Brésil, soutenue par FIAN Belgium et les bénévoles du groupe local de Welkenraedt, a envoyé une lettre de suivi à la nouvelle présidente de la Commission droits de l’Homme pour lui rappeler l’engagement pris par l’ancien président, et la sommant d’interpeller le gouvernement brésilien sur la question, ce qu’elle fit en envoyant une lettre à l’ambassade brésilienne à Bruxelles le 30 janvier 2013.

Prenez quelques minutes pour lire la lettre de FIAN Brésil à la présidente de la Commission des droits de l’Homme de l’Union européenne ainsi que la lettre adressée à la Comission des droits de l’Homme de l’Ambassade du Brésil à Bruxelles