28 janvier 2012

Honduras : Un chef paysan assassiné à Bajo Aguan

Matias Valle Cardenas, chef du mouvement paysan unifié de Aguan (Movimiento Unificado Campesino de Aguán- MUCA) a été assassiné vendredi 20 janvier entre 7h10 et 7h30.Valle Cardenas est décédé des suites de blessures produites par 3 coups de feu dans le thorax que lui firent deux hommes cagoulés qui étaient en moto.

La victime a été attaquée alors qu’elle allait du centre ville de Quebrada de Arena, dans la commune de Tocoa à Cólón, où sa famille réside, à la coopérative La Confianza, de laquelle il est membre.
Le corps a été éxaminé par le médecin légiste Dr Martin Henriquez à 9h45. Le commissaire de police Osmín Bardales et le procureur Nolvia Judith Montoya étaient aussi présents. Matías Valle Cárdenas, 51 ans et père de 6 enfants (dont 3 mineurs), était l’un des initiateurs et constant leader de la lutte menée par MUCA. C’est dans cette fonction qu’il a participé aux négociations de cette organisation paysanne avec le gouvernement et l’homme d’affaire Miguel Facussé.

Après qu’un accord ait été signé entre MUCA et Miguel Facussé, le gouvernement se portant garant, une déclaration officielle soulignait le fait que le conflit agraire entre MUCA et les propriétaires terriens avait été résolu, et que le seule question en suspens était de rédiger une proposition financière pour que les paysans de cette organisation payent les hommes d’affaire impliqués dans ce conflit.

Rappelons-nous que cet accord a été signé le 4 octobre 2011 et que dans le respect du délai établi de clôture de l’affaire financière, a été discutée la proposition élaborée par la banque FICOHSA et le secrétariat des finances (SEFIN) du 5 au 12 janvier 2012 quand les paysans de MUCA ont manifesté leur rejet à une telle proposition à travers un communiqué de presse public. Ils insistèrent sur le fait que « cette proposition a été spécifiquement élaborée dans un esprit lucratif et favorise seulement le consortium de banques privées qui participent à cette transaction ».

L’information financière et les désavantages pour MUCA étaient aussi détaillés dans le communiqué de presse. Il en ressortait, d’après la proposition, qu’une dette de 636 219 900 lempiras (six cents trente six millions deux cents dix-neuf mille neuf cents) se transformerait en une dette de 1 235 359 288 lempiras (un milliard deux cents trente-cinq millions trois cents cinquante neuf mille deux cents quatre-vingt-huit) qu’il faudrait payer à la banque privée sous sept ans et que si l’on considérait ce qu’il faudrait payer à BANHPROVI (une banque étatique) pendant les 8 années restantes, alors le montant à payer atteindrait prés de 2 milliards de lempiras, montant qu’il est quasiment impossible de payer si l’on considère les niveaux de rentabilité d’une entreprise produisant de l’huile de palme.

Certains chefs paysans consultés concernant cet acte criminel faisaient remarquer que depuis qu’ils avaient rejeté cette proposition, le harcèlement dont ils souffraient recommençait.

Samedi 16 janvier 2012, Florinda Rodriguez a été arrêtée ; elle est membre de l’Aurore coopérative, qui appartient à MUCA. Après son arrestation, elle a été maltraitée par des hommes armés qui lui demandèrent des informations sur les leaders de cette organisation.

Nous, FIAN international section Honduras, regrettons profondément la mort de Matias Valle Cardenas et nous renouvelons notre demande de solidarité internationale pour que le gouvernement hondurien fasse tout ce qu’il peut pour éviter de nouvelles actions violentes dans la régions, particulièrement celles relatives au conflit agraire.

Tegucigalpa, 20 janvier 2012

Gilberto Ríos
Executive Secretary
FIAN International
Honduras Section