Inde - Les mines de charbon à ciel ouvert détruisent les moyens de subsistance de la population indigène du Jharkhand

Début de l’action : 9-11-2009 / Fin de l’action : 24-02-2010

L’expansion rapide de mines de charbon à ciel ouvert dans la Vallée nord du Karanpura à Hazaribagh et dans les Districts de Chatra au Jharkhand est en train de détruire les ressources en nourriture et en eau des autochtones de ces régions, principalement des Adivasis (populations indigènes). Plus de 200 villages sont concernés. La terre extrêmement fertile de cette région est en train d’être transformée en site minier, avec enlèvement des terres agricoles et des forêts qui sont vitales pour les populations, et pollution du fleuve Damodar, qui, lui aussi, garantit la survie dans cette région. Ceci constitue une violation flagrante du droit à l’alimentation des Adivasis qui souffriront de faim et malnutrition à l’avenir.

Une action internationale s’impose en réaction aux violations du droit humain à l’alimentation et afin de soutenir le mouvement de résistance aux projets miniers du Gouvernement indien. Veuillez écrire des lettres polies au Président de l’Inde, au Ministre du Charbon, au Ministre de l’Environnement et au Gouverneur du Jharkhand, pour leur demander d’arrêter toutes les opérations minières et de suspendre tous les nouveaux projets miniers dans la région.

Contexte

La Vallée du Karanpura dans les Districts de Hazaribagh et Chatra dans l’Etat du Jharkhand en Inde centrale est une cuvette fertile de 60 km de long sur 30 km de large où l’on trouve les terres à riz et à légumes les plus riches de l’Inde. Les terres fertiles du paysage ancestral de Barkagaon et ce qui reste du bassin decaptage des eauxdu Haut Damodar comptent parmi les meilleures terres agricoles du Jharkhand, région cultivée depuis des temps immémoriaux. Autrefois, la région était couverte de forêts et célèbre pour sa faune. Le nom Hazaribagh signifie Pays des mille tigres. Outre sa faune et sa flore extraordinaires, la région du Karanpura recèle un patrimoine culturel fantastique : on y a découvert des peintures rupestres préhistoriques et aujourd’hui encore les peuples indigènes perpétuent leurs traditions artistiques décoratives en lien avec les dessins rupestres préhistoriques.

Les Districts de Hazaribagh et de Chatra ont des réserves considérables de richesses minérales, tout particulièrement de charbon. Le début de l’exploitation houillère est programmé pour bientôt à Pakri-Barwadih près de Barkagaon et dans plus de 30 autres mines qui ont été concédées dans la région du Karanpura. Ces projets auront un impact majeur : ils finiront par détruire plus de 1.100 km² de terres et de forêts. La grande majorité de ces projets miniers consiste en mines à ciel ouvert. Une mine qui produira 40 millions de tonnes pendant toute la durée de l’exploitation (environ 15 ans ) laisse derrière elle une cicatrice de 25 km². Par conséquent, dans un pays aussi densément peuplé que l’Inde, les déplacements de population seront inévitables. En conséquence, la survie économique, sociale et culturelle de la population locale de plus de 200 villages sera gravement compromise. Cette expansion a un impact considérable en termes de réchauffement global, ce à quoi l’Inde est particulièrement sensible. Après les mines viendront de nouvelles centrales thermiques au charbon qui seront une source supplémentaire de prolifération de dioxyde de carbone en grandes quantités. FIAN est déjà intervenu dans cette affaire par un courrier spécial en date du 7 juillet 2009 (s09161ND).

Ci-après quelques-unes des Lois et Déclarations nationales et internationales dont les clauses seront violées si l’exploitation minière commence :

  1. La Loi 2008 concernant les Tribus et autres Habitants de la Forêt, Sections 3,4(5), et 5
  2. Le Pacte International relatif aux Droits Economiques, Sociaux et Culturels, 1966, Art.11
  3. La Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Indigènes, Articles 8, 10, 26, 29, 31 et 32.
  4. La Loi sur la Biodiversité de 2002, Sections 36(2), qui exige du gouvernement de l’Etat qu’il dicte des directives pour obliger à prendre des mesures appropriées dans toutes les zones où la riche biodiversité serait menacée, et 36(4i) pour évaluer l’impact environnemental de projets susceptibles d’avoir des conséquences négatives sur la biodiversité.

De plus, si l’exploitation minière commence, les résolutions et rapports des droits humains suivants ne seront pas respectés : les Résolutions du Conseil des Droits de l’Homme 7/23/2008 et la résolution 10/04 du 15 juin 2009 sur les Implications du Changement Climatique, ainsi que le rapport du Bureau du Haut Commissaire pour les Droits de l’Homme (A/HRC/10/61/2009) portant sur la relation entre le changement climatique et les droits humains.

Mandat de FIAN

L’Inde est un Etat partie au Pacte International relatif aux Droits Economiques, Sociaux et Culturels. C’est pourquoi l’Inde et l’Etat du Jharkhand ont l’obligation, au titre du droit international, de respecter et protéger le droit humain à l’alimentation. Les plans d’extension massive des activités minières à Pakri-Barwadih ainsi qu’à d’autres endroits de la région du Karanpura font peser une grave menace sur les moyens d’existence des communautés Adivasis. Si ces projets sont mis en œuvre, l’Inde et l’Etat du Jharkhand violeront leurs obligations de respect et de protection des droits humains fondamentaux des personnes touchées, dont le droit humain à l’alimentation.

FIAN a lancé cette action de concert avec la Coordination Adivasi qui travaille à la protection des Droits Humains des indigènes et des tribaux d’Asie du sud-est.

Fin de l’action : 9 janvier 2010 à prolongée jusqu’au 25/02/2010

Adresses :

Her Excellency,

Mrs. Pratibha Patil

President of India

Rashtrapati Bhavan

New Delhi – 110 004

INDE

Fax : 0091-11-23017290 /

91-11-23017824

Copies à :

Mr.Jairam Ramesh

Minister for Environment and Forests

Government of India,

Ministry of Environment & Forests

Paryavaran Bhavan,

CGO Complex, Lodhi Road

New Delhi - 110 003

INDE

envisect@nic.in

Mr.Shri Sriprakash Jaiswal,

Minister of Coal

Room No.353

’A’ Wing, Shastri Bhawan

Dr.Rajendra Prasad Road

New Delhi 110 001

INDE

secy.moc@nic.in

His Excellency

Shri Kateekal Narayanan

Governor of Jharkhand

Raj Bhawan

Ranchi - 834001

Jharkhand

INDE

Fax : 0091-651 – 2201101

Merci d’informer FIAN de toute réponse reçue !

Traduction de la lettre proposée en anglais :

Madame la Présidente,

Je voudrais vous exprimer mon inquiétude concernant une nouvelle en provenance de l’Inde. Elle fait état de l’expansion de l’exploitation houillère à ciel ouvert dans la région du Haut Damodar qui va dévaster la Vallée du nord du Karanpura dans les Districts de Hazaribagh et Chatra au Jharkhand, une région richement boisée et agricole avec des centaines de villages ancestraux appartenant pour la plupart au peuple Adivasi. Selon les informations reçues, le début de l’exploitation houillère est programmé pour bientôt à Pakri-Barwadih près de Barkagaon et dans plus de 30 autres mines qui ont été données en concession dans la région du Karanpura. En déplaçant de leurs terres ceux qui furent les premiers à habiter cette région, des Adivasis principalement, et en détruisant leurs ressources en nourriture et en eau, on viole leur droit humain à l’alimentation et à l’eau.

On trouve aussi dans la région des outils en pierre uniques remontant au paléolithique qui attestent de la présence d’hommes préhistoriques appartenant à la Civilisation de la Vallée du Damodar, de même que des sites mégalithiques préhistoriques et une douzaine de sites d’art rupestre - la fierté de Jharkhand -, vieux de plus de 8000 ans qui ont été recommandés à l’UNESCO par INTACH[1] en tant que Site du Patrimoine Universel Menacé. A cela s’ajoutent plus de 200 villages où les célèbres artistes Khovar et Sohrai perpétuent leurs traditions décoratives, qui peuvent être reliées à l’art rupestre préhistorique.

En tant qu’Etat partie au Pacte International relatif aux Droits Economiques, Sociaux et Culturels, l’Inde et, par conséquent, l’Etat du Jharkhand ont l’obligation, au titre du droit international, de respecter et protéger le droit humain à l’alimentation. A la lumière de ces obligations, je m’inquiète de vos plans d’extension massive des activités minières à Pakri-Barwadih ainsi qu’à d’autres endroits de la région du Karanpura. En soutenant leur développement, l’Inde et l’Etat du Jharkhand violent le droit humain de leur peuple à se nourrir lui-même.

Selon les informations reçues, le Ministère du Charbon du Gouvernement de l’Inde a rejeté récemment des appels antérieurs par le biais d’une lettre au Président de l’INTACH, Mr. S.K. Misra, datée du 23 septembre 2009.

Je voudrais donc vous demander de :

  1. reconsidérer la décision du Ministère du Charbon par rapport à la poursuite de l’exploitation minière.
  2. prendre des mesures ordonnant d’arrêter immédiatement les opérations minières à Pakri-Bawardih
  3. suspendre tous les nouveaux projets miniers dans le bassin du Haut Damodar de la région de Karanpura.
  4. autoriser un examen ouvert et transparent de la manière dont les permis miniers sont accordés.

Merci de m’informer de toute mesure que vous comptez prendre à ce sujet.

Je vous prie d’agréer …

Télécharger la lettre en anglais :

http://www.fian.be/file/44-1265394036-37173000-0915UIND_Karanpura_letter.doc

Télécharger l’A.U. en espagnol :

http://www.fian.be/file/45-1265394077-30849300-0915UIND_Karanpura_Esp.pdf