Le Parlement Wallon en faveur des droits paysans

Déclaration d’intérêt régional de Monsieur le Député Philippe Courard

De retour de Genève, notre travail de plaidoyer se poursuit afin de favoriser un débat démocratique sur la Déclaration ici en Belgique. Des premiers soutiens se sont exprimés ce mercredi 14 juin au Parlement Wallon.

"A l’instar de ce qu’elle a fait pour le CETA, la Wallonie peut aussi mener un combat pour garantir et préserver les droits des agriculteurs à travers le monde."

Monsieur le Député Philippe Courard a exprimé son soutien à la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales dans le cadre d’une Déclaration d’intérêt régional ce mercredi 14 juin 2017 au Parlement Wallon.

Le processus de négociation de la Déclaration, entamé à l’ONU depuis 2008, a connu une étape importante il y a quelques semaines, lors de la 4ème session du groupe de travail intergouvernemental (du 15 au 19 mai à Genève). En présentant les recommandations et conclusions du groupe de travail, Madame Nardi Suxo, ambassadrice de Bolivie et Présidente-Rapporteure, a mis en lumière l’avancée des négociations et souligné la nécessité d’une 5ème session pour affiner les contenus.

Nous avons rencontré les représentants de l’UE ainsi que nombreux délégués européens tout au long de la semaine à Genève. Le dialogue reste ouvert, ce qui est très appréciable et leur implication dans le groupe de travail évolue positivement au fil des ans, mais leur opposition au texte "en l’état" reste réelle. Nous continuons de nous heurter à des oppositions de principe : contre la création de nouveaux instruments de droits humains et la fragmentation des droits de l’Homme. D’où l’importance de conduire une 5ème session de négociation en 2018 pour avancer vers un consensus. Nous pensons également que ce temps supplémentaire sera favorable pour renforcer le processus déjà entamé auprès des mouvements sociaux (paysans et société civile) pour s’approprier cet instrument de droit international, garantie d’une bonne application lors de sa future mise en œuvre.

La position européenne reste très observée, voire suivie par certains Etats non membres de l’UE comme ceux qui appartiennent au bloc de l’Europe orientale, selon la qualification du Conseil des Droits de l’Homme. C’est pourquoi il est particulièrement important d’exprimer les différentes voix en présence au sein des pays d’Europe occidentale. La Suisse, l’Espagne et le Portugal ont déjà assuré leur soutien aux membres de La Via Campesina en faveur de la Déclaration, suite notamment à des démarches entamées dans les parlements régionaux (Espagne) et cantonaux (Suisse). C’est pourquoi nous souhaitons également encourager l’implication des entités fédérées ici en Belgique.

En parallèle, notre stratégie de plaidoyer cible cette année les citoyens européens, de manière très large, par le biais d’une pétition en vue de renforcer la pression citoyenne pour obliger les États à se saisir du dossier et revoir leur (op)position « de fait ».

Pour plus d’informations, veuillez contacter : astrid [at] fian.be

Lire les deux dernières notes d’analyse :
- les obligations des Etats
- le droit à un revenu et à des moyens de subsistance décents
Voir aussi les autres notes d’analyse sur les droits spécifiques de la Déclaration.

Voir également la capsule vidéo sur la Déclaration.