Helaas, dit artikel is nog niet in het Nederlands beschikbaar. Vindt u dit spijtig? Wij ook. Als u ons team van vrijwillige vertalers wilt versterken, aarzel dan niet om contact met ons op te nemen! Oorspronkelijke taal: fr
Entreprises et Droits Humains

"Les droits humains n’ont pas de prix"

Lancement de la campagne officielle 2022 du CNCD 11.11.11

Actifs depuis des années pour exiger la régulation des entreprises, FIAN participe avec 11.11.11 et CNCD-11.11.11 la campagne nationale 2022 "Les droits humains n’ont pas de prix" dont voici un petit teaser avant son lancement national, prévu en avril. L’occasion de rappeler le cours actuel de ce long combat de la société civile pour un traité de régulation contraignant les entreprises au niveau international.

Où en est-on aujourd’hui ?

Que s’est-il passé depuis la 7ème session de négociation pour un traité contraignant de l’ONU sur les sociétés transnationales et les droits de l’homme en octobre 2021 et la publication d’une déclaration de soutien au Traité par l’ Alliance du Traité, une large plateforme de mouvements sociaux et d’organisations de la société civile, dont FIAN fait partie ?

Chaque année, des entreprises sont impliquées dans de nombreuses violations de droits humains. Conditions de travail indécentes, exploitation d’enfants, pollution des terres des paysan·nes, ou encore intimidation voire assassinat des défenseur·euses des droits humains et de l’environnement. Pourtant, à l’heure actuelle, les entreprises ne sont pas juridiquement responsables des violations qui se produisent tout au long de leurs chaînes de valeur.

La Belgique et l’Union européenne doivent agir, et adopter au plus vite une législation ambitieuse sur le devoir de vigilance et la responsabilité des entreprises !

Pour tout savoir en un clin d’oeil sur le devoir de vigilance :

Le Cas FERONIA

Les activités de Feronia Inc. dans ses plantations de palmiers à huile ont été accompagnées de sérieuses accusations de violations des droits humains envers les communautés. Cela n’a pas empêché les Institutions financières de développement (IFD) de continuer à financer le projet, sans diligenter aucune enquête digne de ce nom. Les violations des droits humains touchent toute une série de droits civiques, politiques, économiques, sociaux et culturels. Ce document est l’un des quatre rapports sur l’accaparement des terres en Afrique.

Le Cas SOCFIN

L’acquisition à grande échelle de terres par SOCFIN Agricultural Company Sierra Leone (SAC) à Sahn Malen a entraîné des conflits sociaux et fonciers généralisés et de nombreuses violations des droits des communautés concernées. Ce document est l’un des quatre rapports sur l’accaparement des terres en Afrique.

Le Cas SIAT

En octobre 2021, FIAN mettait en lumière le cas des communautés affectées par l’entreprise belge SIAT, opposées aux plantations à large échelle d’hévéa et de palmiers à huile au Ghana, au Nigeria et en Côte d’Ivoire à travers une courte vidéo

En savoir plus sur les droits humains et la gouvernance foncière en Afrique ?

Les droits des communautés à accéder à la terre et aux ressources naturelles nécessaires à leurs subsistance sont en effet particulièrement menacés en Afrique dans le cadre de grandes acquisitions de terres - accaparements - en l’absence de régulation contraignante des entreprises en matière de droits humains et de gouvernance foncière adéquate.