19 mai 2010

Nouveau rapport de FIAN sur les accaparements de terre au Kenya et au Mozambique

Bruxelles, 19.05.2010 – Un nouveau rapport publié par FIAN International présente les résultats de deux missions d’investigation qui se sont intéressées aux accaparements de terre au Kenya et au Mozambique. Le rapport conclut que les accaparements de terre violent les droits humains.

Ces dernières années, de vastes superficies de terres agricoles ont été accaparées par des compagnies étrangères. La majorité de ces terres sont situées dans des pays africains dont la population croissante souffre de la faim et de sous-alimentation. Ces accaparements de terre ont en général eu lieu sans consultation publique préalable. Cela a suscité des débats dans les médias, dans les agences de développement, au sein des organisations des Nations Unies et de la société civile.

FIAN International combat depuis plus de 20 ans les expulsions forcées de communautés rurales de leurs terres agricoles, de leurs pâturages, de leurs forêts ou de leurs lieux de pêche. Au cours des deux dernières décennies, FIAN International a été témoin de la façon dont l’agriculture paysanne et le pastoralisme ont été de plus en plus marginalisés au niveau des politiques internationales et nationales. « De nombreuses personnes sont maintenant confrontées à la perte de leurs terres. Cela rappelle d’une certaine façon l’époque coloniale » dit Rolf Künnemann, Directeur des Droits Humains chez FIAN International.

“Les accaparements de terre privent de terres les communautés locales, détruisent leurs moyens de subsistance, laissent moins de place aux politiques agricoles orientées vers les paysans et entraînent une distorsion des marchés en favorisant la concentration toujours plus grande de l’agrobusiness et du commerce global, plutôt que de promouvoir une agriculture paysanne durable pour les marchés locaux et nationaux et pour les générations futures », dit Sofía Monsalve, experte en Accès à la terre et Ressources naturelles chez FIAN International. « Ils accélèreront aussi la destruction des écosystèmes et la crise climatique. Les accaparements de terre violent les droits humains », conclut-elle.

Pour voir le rapport en français : http://www.fian.org/resources/documents/others/accaparement-de-terres-au-kenya-et-au-mozambique-1

Pour participer à l’appel commun de FIAN International et La Via Campesina pour mettre immédiatement fin aux accaparements de terre :
http://www.fian.org/news/news/copy_of_nouvelle-action-urgente-il-faut-mettre-immediatement-fin-aux-accaparements-de-terres-a-grande-echelle