16 mai 2022
IDAHOBIT2022

Pour l’inclusion et la reconnaissance explicite de la diversité des genres

Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie

Le 17 mai est la Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie (#IDAHOBIT2022). Les organisations de la société civile et les peuples autochtones appellent à un monde libéré de la violence sexuelle et sexospécifique ainsi que de toutes formes de discrimination, afin de parvenir à la sécurité alimentaire et à la nutrition pour tous.

Les droits des femmes, des filles et des personnes LGBQTI

Les droits des femmes, des filles et des personnes LGBQTI sont indivisibles et interdépendants de leur droit à l’alimentation, à la santé, à la terre et aux autres ressources naturelles, à l’eau, à un travail et un emploi décents et à l’autodétermination. Le chemin est encore long à parcourir pour garantir que les inégalités et la discrimination basées sur le genre ne soient plus un facteur limitant pour réaliser le droit à l’alimentation. [1]

Poursuivre la réalisation des droits humains - dont le droit à l’alimentation - nécessite d’inclure et de reconnaître explicitement les diversités de genre afin de prendre en compte l’ensemble des situations et marginalisations pouvant freiner la réalisation de ces droits.

Reprise des négociations sur les Directives Volontaires

En prévision du premier cycle de négociations sur les Directives volontaires du Comité des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale (CSA) sur l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes et des filles dans le contexte de la sécurité alimentaire et de la nutrition (4-6 mai 2022), des représentant.es d’organisations de la société civile et de peuples autochtones ont souligné, lors d’une séance d’information publique l’urgence de parvenir à des Directives volontaires fortes et inclusives, capables d’éradiquer la violence sexuelle et sexospécifique ainsi que la discrimination sous toutes ses formes, afin de parvenir à la sécurité alimentaire et à la nutrition pour tous [2].

Cet extrait présente l’intervention de Paula Gioia - La Via Campesina, Allemagne/Brésil qui met en exergue la nécessité de l’inclusion et reconnaissance explicite des diversités de genre.

Des demandes claires

Au cours de cette présentation, les intervenant.es ont exprimé des demandes claires qui devraient être abordées dans les Directives volontaires du CSA sur l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes et des filles dans le contexte de la sécurité alimentaire et de la nutrition [3], si on veut que celles-ci aient un réel impact sur la vie des personnes dans les territoires.

Voici comment des actions clés pourraient s’attaquer à la situation actuelle :

  1. Un monde sans violence sexuelle et sexospécifique ni discrimination d’aucune sorte.
  2. Intégration de la perspective de l’intersectionnalité
  3. Un système alimentaire équitable et durable, centré sur la réalisation des droits humains, avec l’agroécologie au cœur de notre travail et de nos vies quotidiennes.
  4. Garantie et protection du droit à la terre et à l’accès à l’eau et aux ressources naturelles pour les femmes, les jeunes filles ainsi que les personnes LGBTQI de différents milieux.
  5. Promouvoir et encourager les systèmes alimentaires locaux et les marchés territoriaux.
  6. Inclusion et reconnaissance explicite de la diversité des genres.

Pour aller plus loin

Une publication du Réseau mondial pour le droit à l’alimentation et à la nutrition a été consacrée au différents aspects du pouvoir des femmes dans les luttes pour la souveraineté alimentaire (2019).