21 septembre 2009

Retour à la démocratie dans le respect des Droits Humains au Honduras

Déclaration de l’Observatoire sur la situation des Droits Humains au Honduras à l’occasion du retour du Président Manuel Zelaya Le retour à Tegucigalpa du Président légitimement élu au Honduras, Manuel Zelaya, doit contribuer à une sortie pacifique de la crise et au retour à l’ordre constitutionnel interrompu par le coup d’Etat du 28 juin.

San José de Costa Rica, 21 septembre 2009 - Nous condamnons une fois encore l’usage du couvre-feu par le gouvernement de fait en tant qu’instrument de contrôle de la participation citoyenne. Nous réaffirmons qu’un « bain de sang », ainsi que les auteurs du coup d’Etat l’ont maintes fois annoncé en cas de retour du Président Zelaya, serait de la responsabilité directe du gouvernement de fait et que celui-ci devrait donc répondre du crime de persécution politique devant la Cour pénale internationale. En ce sens, l’Observatoire sur la situation des droits humains au Honduras exige au gouvernement de fait de s’abstenir de toute répression de la mobilisation citoyenne, d’éviter la publication de messages qui contribuent à la violence, et aussi de permettre le retour des autorités légitimes, d’assurer le respect des droits humains et de faciliter un dialogue national qui contribue à la sortie définitive de la crise. La Résistance et d’autres formes de manifestation pour la démocratie au Honduras qui méritent toute notre solidarité peuvent contribuer à ce retour à la démocratie avec leurs propositions pour surmonter la crise, leur réaffirmation de la non violence et leur formidable expérience de mobilisation et participation. Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH) Centre pour la Justice et le Droit International (CEJIL) Initiative de Copenhague pour l’Amérique centrale et le Mexique (CIFCA) FIAN International Fédération de Droits Humains d’Espagne Suedwind – Autriche IBIS - Danemark Institut des Droits Humains de l’Université Centre-américaine “José Simeón Cañas” (IDHUCA-El Salvador) Institut d’Etudes Politiques sur l’Amérique Latine et l’Afrique (IEPALA-Espagne) Service Paix et Justice (SERPAJ-Uruguay) Solidarité Mondiale - Belgique Bureau sur les Droits Humains et les déplacements de population (CODHES) – Colombie Nouvelle de dernière minute : Nous venons d’apprendre que l’armée hondurienne a tiré sur l’ambassade du Brésil où est réfugié le président Zelaya de retour hier dans son pays et qu’elle a lancé de très nombreuses bombes lacrymogènes sur la foule. Les blessés sont nombreux.