3 juin 2014

Soutien aux inculpés de Wetteren en appel

Mardi 3 juin, les 11 militants inculpés dans l’affaire de Wetteren ont obtenu un report d’audience à l’automne 2014. Parmi des centaines d’activistes, ils avaient remplacés des pommes de terre OGM par des pommes de terre biologiques lors d’une action contre des pommes de terre génétiquement modifiées, à Wetteren, le 29 mai 2011.

En septembre 2013, le tribunal de Dendermonde les avait condamné pour association de malfaiteurs, rébellion et destruction de biens, avec des peines allant de 3 à 6 mois avec sursis, des amendes et des dommages et intérêts de 25.000 euros. Les 11 sont allés en appel contre ce jugement absurde : la liberté d’expression n’est pas un crime !

Leur demande pour un report d’audience a donc été entendue. En effet, le consortium de recherches en laboratoire a besoin de plus de délais pour apporter de nouveaux éléments au dossier. Il s’agit notamment d’un verdict tout récent, avec lequel une cour d’appel française a acquitté 54 activistes qui avaient détruit un champ expérimental de vigne OGM. Les permis de cette vigne avaient en effet été annulés. La similitude avec le champ de Wetteren est évidente, puisqu’un juge de Gand l’avait déclaré illégal en 2012.

Les juges de la Cour d’Appel de Gand, au contraire des juges de Termonde, ont accepté de prévoir de montrer des films et images à décharge, et de laisser la parole à des témoins experts sur la question. Le témoignage de spécialistes lors de l’audience du 28 octobre 2014 est crucial pour les 11 patatistes. Ceux-ci espèrent en effet démontrer qu’il était nécessaire de conduire une action directe pour répondre au danger imminent causé par l’introduction d’OGMs en milieu ouvert. Ils comptent aussi exposer le déficit démocratique des procédures d’obtention des permis. La Cour n’a pas voulu recevoir les comparants volontaires, qui étaient présents lors de l’action et ont demandé à être poursuivis, mais n’ont pas été inculpés.

Les accusés comptent bien être acquittés de l’accusation d’association de malfaiteurs lors de l’appel, ce qui saperait carrément le reste du procès. Cette semaine cinq professeurs de droit se prononçaient dans une lettre ouverte publiée par De Standard pour un changement législatif, afin d’éviter définitivement que l’article de loi sur l’association de malfaiteurs – qui devrait viser le crime organisé – ne puisse être de nouveau utilisé pour réprimer des actes politiques.

Avant le début de l’audience, un groupe de sympathisants - dont des représentants de FIAN Belgium - ont exécuté une "kata de la houe". Cet art martial qui se pratique avec une houe, symbolise la lutte des paysans du monde pour la souveraineté alimentaire.

Notez donc le 28 octobre dans vos agendas : tous et toutes à Gand pour une manifestation pour la biodiversité et l’agriculture durable, et contre les poisons et les OGMs !

Plus d’info :

www.fieldliberation.org

field.liberation@gmail.com

Nous sommes tous des patatistes !