16 avril 2012

Un besoin urgent de protéger les droits des paysans !

Bruxelles, le 16 avril 2012 – Dans le cadre de la journée mondiale des luttes paysannes du 17 avril, FIAN se joint aux actions des mouvements paysans à travers le monde.

«  Face aux impacts négatifs de la mondialisation, il est urgent de protéger les droits des paysans ! » s’exclame Sofia Monsalve de FIAN International. Rappelons que parmi le milliard de personnes qui souffre de la faim, 500 millions sont des petits paysans et petites paysannes qui cultivent des parcelles de moins de 2ha de terre, tandis que 200 millions n’ont pas (ou plus) d’accès à la terre.

Suite à une demande et une lutte de longue date de La Via Campesina et de FIAN, en collaboration avec d’autres organisations, en faveur de la reconnaissance et d’une meilleure protection des droits des paysannes et paysans, un Comité Consultatif du Conseil des Droits de l’Homme a été désigné pour mener une étude sur « l’avancement des droits des paysans et des autres personnes qui travaillent en milieu rural ». Le Comité Consultatif a présenté son rapport final lors de la 19ème session du Conseil des Droits de l’Homme en mars 2012 (doc A/HRC/19/75). L’étude identifie les principaux groupes vulnérables qui travaillent en milieu rural (petits agriculteurs, paysans sans terre, travailleurs agricoles, pêcheurs, chasseurs, pasteurs) et met en lumière les causes de discrimination et de marginalisation, telles que les expropriations de terre, les évictions forcées, les discriminations basées sur le genre, l’absence de réforme des régimes agraires, l’absence de salaire minimum et de protection sociale pour les travailleurs agricoles ou encore la criminalisation et la répression des mouvements paysans. L’étude conclut en recommandant au Conseil des droits de l’Homme d’adopter un nouvel instrument international de droits de l’Homme pour les paysans et d’instaurer une procédure spéciale pour améliorer la promotion et la protection de ces droits. Une proposition de Déclaration sur les droits des paysans, basée sur la Déclaration élaborée par La Via Campesina, est annexée à l’étude. Plusieurs pays se sont également prononcés pour la création d’un Rapporteur spécial pour les droits des paysans. En effet, comme le rappelle Angelica Navarro, Ambassadrice de la Bolivie aux Nations Unies « les Etats ont l’obligation de protéger les droits des peuples ruraux et des paysans ».

Dans le cadre de la journée mondiale des luttes paysannes du 17 avril, FIAN se joint aux initiatives des mouvements paysans dans plusieurs pays pour réclamer une meilleure protection de leurs droits. Cette année, suite à l’appel lancé par l’Alliance Globale contre l’Accaparement des Terres, créée en novembre 2011 à Nyéléni au Mali, l’accent est placé sur les actions de mobilisation contre le phénomène d’accaparement des terres.

En Belgique, FIAN participera aux actions de mobilisation du Réseau de soutien pour l’agriculture paysanne (ReSAP) (voir les différentes actions ici) et organisera une exposition au Parlement fédéral sur l’accès à la terre. L’exposition est réalisée en collaboration avec le mouvement Ekta Parishad et avec le soutien de la député Ecolo Thérèze Snoy. Plus d’info sur l’exposition : ici

Contact et information :
Manuel Eggen : manu(at)fian.be
Tél : 02/640.84.17