29 juin 2009

coup d’état au Honduras

Le 28 Juin 2009, le président du Hondura, Manuel Zelaya, élu en 2005, a été arrété dans sa maison après un coup d’état militaire. La communauté internationale a réagi et l’initiative de Copenhague pour l’Amérique centrale et le Mexique (CIFCA) a a fait ses recommandations à l’Union européenne quant à la réponse à donné face à la situation.

Bruxelles, le 29 juin 2009. M.. Jan Kohout Ministre des Relations Exterieures de la Repúblique Tchèque M..Carl Bildt Ministre de Relations Exterieures de Suède M.Miguel Anhel Moratinos Ministre des Relations Extérieures d’Espagne Mme Benita Ferreo Waldner, Commissaire aux relations extérieures de l’UE L’Initiative de Copenhague pour l’Amérique centrale et le Mexique (CIFCA), réseau de 40 organisations européennes présentes dans 11 pays de l’Union européenne, face au coup d’Etat mené le dimanche 28 juin au Honduras, qui affaiblit la stabilité régionale et met en péril la paix du peuple hondurien, demande à l’Union européenne et à ses Etats membres de 1. maintenir sa condamnation du coup d’Etat au Honduras et exiger la réintégration immédiate de son président élu, Manuel Zelaya Rosales ainsi que des autres membres de son gouvernement,tout comme le respect sans restrictions des Droits humains et le rétablissement de l’ordre constitutionnel , comme demandé par le Secrétaire Général des Nations Unies 2. Ne pas reconnaître le gouvernement illégalement mis en place de Roberto Micheletti Bain, étant entendu que le Président Manuel Zelaya Rosales n’a pas renoncé au mandat populaire que lui a conféré le peuple hondurien et que son expulsion du pays fut précédée d’une séquestration par les forces armées 3. Exiger la levée du couvre-feu, le retour des militaires à leurs casernes, la libération de toutes les personnes arrêtées lors du coup d’Etat, le rétablissement immédiat des garanties démocratiques et des libertés publiques, y compris la liberté d’expression et le droit d’organisation et de mobilisation du peuple hondurien. 4. Conformément aux lignes directrices de l’UE sur la protection des défenseurs des Droits humains, promouvoir des mesures de protection et de prévention d’actes de répression et de violence à l’encontre de dirigeants sociaux et de défenseurs des Droits humains. 5. Suspendre la négociation de l’Accord d’Association entre l’Union européenne et l’Amérique centrale jusqu’à ce que soit rétablie la normalité démocratique au Honduras, utiliser la clause démocratique et conditionner les relations de coopération et commerciales avec ce pays jusqu’au rétablissement de l’Etat de Droit et de l’Ordre Constitutionnel.

Martin Wolpold- Bosien President de CIFCA.