Leider ist dieser Text nicht auf Deutsch verfügbar. Originaltext: fr
27. März 2018

Action contre Syngenta au Forum pour le futur de l’agriculture

Bruxelles, 27 mars 2018, 8h30

Ce mardi matin, une trentaine d’activistes ont perturbé l’ouverture du Forum pour le futur de l’agriculture (FFA) organisé par Syngenta, géant de l’agrochimie. Les Brigades d’Actions Paysannes, la FUGEA, le MAP et une dizaine d’associations dénoncent cet événement comme étant une tentative de greenwashinget d’influence des responsablespolitiques. Alors que les scandales liés aux abus de l’agrobusiness se multiplient dans la presse, ces organisations accusent Syngenta de pousser ce modèle à bout de souffle.

À l’entrée du FFA, au Mont des Arts, les activistes ont brandi des banderoles indiquant “Bienvenue au pays des lobbies” ou “Pas de futur pour l’agrobusiness”. Certain·e·s, habillé·e·s en vert, proposaient aux participant·e·s un greenwash (écoblanchiment) gratuit. L’objectif de cette action était de montrer qu’en coulisse de son forum présenté comme “là où se rencontrent l’agriculture et l’environnement pour un dialogue ouvert”1, Syngenta mène des actions nocives pour ces deux secteurs et pour le débat démocratique.En effet, cette entreprise poursuit actuellement la Commission européenne en justice pour empêcher l’interdiction partielle des insecticides néonicotinoïdes. Il est pourtant largement prouvé que ce produit, aux doses appliquées dans les champs, contribue à la disparition des abeilles2.

Aux côté des industries chimiques, pétrolières, et du tabac, Syngenta est membre de l’European Risk Forum (ERF), qui vise à saper le principe de précaution en Europe. Elle cotise aussi au lobby européen des producteurs de pesticides, l’European Crop Protection Association (ECPA), célèbre pour son combat contre l’interdiction du glyphosate et des perturbateurs endocriniens. Loin de chercher le débat, cette entreprise tente de réduire les scientifiques critiques au silence, comme elle l’a fait en discréditant Tyrone Hayes, un chercheur qui a prouvé les effets de perturbateur endocrinien d’un de ses herbicides, l’atrazine.

Frédérique, membre des Brigades d’actions paysannes, explique sa présence à l’action: “Le futur de l’agriculture ne se trouve pas dans un forum organisé par l’agrobusiness. Ce futur est déjà à l’œuvre dans les champs du monde entier. Des agriculteurs mettent en pratique l’agroécologie, et les citoyens leurs emboîtent le pas en organisant une distribution locale, en circuits courts. Ce sont ces alternatives que nos responsables politiques doivent favoriser, chez nous comme au ‘Sud’.” Philippe Duvivier président de la FUGEA, syndicat agricole, ajoute: “Nous, les agriculteurs, étions dans la rue le 19 mars pour protester contre le traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Mercosur, qui mettrait notre travail et la qualité de notre alimentation en péril. De son côté, Syngenta pousse activement pourque ces traités voient le jour. Cette entreprise n’est pas une alliée de l’agriculture.”

Signataires: Brigades d’Actions Paysannes, Le MAP (Mouvement d’action paysanne), FUGEA, FIAN Belgique, Quinoa asbl, Entraide et fraternité, CADTM, “Cense équi’voc” asbl, Le Début des Haricots, Ecolo J, Rencontre des Continents, FGE, Corporate Europe Observatory

Photos: https://drive.google.com/drive/folders/1sZGzCVtU7bTtgDhpNBnvRPJC-OFc5ZyA?usp=sharing