Helaas, dit artikel is nog niet in het Nederlands beschikbaar. Vindt u dit spijtig? Wij ook. Als u ons team van vrijwillige vertalers wilt versterken, aarzel dan niet om contact met ons op te nemen! Oorspronkelijke taal: fr
30 november 2022
Publication

Bien manger, une histoire de bobos ?

FORUM - Bruxelles contre les inégalités

Alors que la crise énergétique frappe la Belgique de plein fouet et que la satisfaction des besoins de base, tel que celui de se chauffer, devient progressivement une inquiétude pour l’ensemble des citoyens, la revue PAUVéRITé vous invite à vous interroger sur un autre droit tout aussi essentiel : le droit à l’alimentation. Une contribution signée Jonathan Peuch, chargé de recherche et de plaidoyer chez FIAN Belgium.

Si manger en quantité suffisante apparaît souvent comme une préoccupation première, l’auteur met en avant l’importance de s’intéresser à la qualité de nos assiettes. Son propos démontre que ce que nous pensons être des choix individuels ne peuvent se comprendre qu’en prenant en compte un contexte plus large où l’agroindustrie et la malbouffe détiennent le monopole au détriment de toute autre alternative. Situation aux conséquences désastreuses, — tant au niveau de notre santé ou pour le climat — où ce sont souvent les populations les plus vulnérables qui en sont les premières victimes.

En Belgique, y compris à Bruxelles, la population mange mal, et de plus en plus mal. Les efforts collectifs, publics, politiques pour améliorer la situation n’ont jusque-là que des effets réduits. L’accès à une alimentation de qualité relève pourtant d’un droit fondamental, celui à un niveau de vie décent. Un droit est considéré comme fondamental quand sa non réalisation rend impossible une vie digne. Vivre sans une alimentation suffisante et adéquate, cela signifie être exclu de tout. Quoi de plus nécessaire que de manger ?

On peut en conclure trois choses. D’abord que l’alimentation est, et de plus en plus, un problème social majeur, vecteur de précarité, à Bruxelles, mais aussi en Belgique et en Europe en général. Ensuite, que l’on ne saurait parler de l’alimentation uniquement avec une focale de travailleur social, et qu’il faut se préoccuper aussi de la question de la production, transformation et distribution de l’alimentation. Enfin, que des réformes plus ou moins radicales sont sur la table et méritent notre attention, au-delà de la dénonciation qui, sans être stérile, ne propose pas de moyen d’action aux décideurs publics qui seraient désireux d’agir en vue de réaliser le droit à l’alimentation.


Le Forum réunit une cinquantaine d’organisations actives dans le domaine de la lutte contre l’exclusion sociale en Région bruxelloise. Dialogue avec les professionnels, consultation des personnes vivant la pauvreté, aide à la décision politique et analyse transdisciplinaire. En produisant des recommandations et des solutions, notre objectif est de sensibiliser l’opinion publique et le monde politique aux problèmes de la pauvreté en ville. – www.le-forum.org