Helaas, dit artikel is nog niet in het Nederlands beschikbaar. Vindt u dit spijtig? Wij ook. Als u ons team van vrijwillige vertalers wilt versterken, aarzel dan niet om contact met ons op te nemen! Oorspronkelijke taal: fr
10 juni 2022
Conférence

Conférence : Comment lutter contre l’accaparement des terres à grande échelle en Afrique ?

20 juin 18h30 à Namur

20 juni 2022 18h30

Comment lutter contre l’accaparement des terres à grande échelle en Afrique ?

QUAI 22

22 Rue du Séminaire, 5000 Namur, Belgique

Infos et réservations

Accaparement de terres, perte de biodiversité, insécurité alimentaire, déplacements forcés, violences, homicides.. les représentant.e.s des communautés lésées par les filiales de l’entreprise belge SIAT au Ghana, en Côte d’Ivoire et au Nigéria revendiquent leurs droits d’accès à la terre et à pratiquer l’agriculture paysanne.

Venez les rencontrer ce lundi 20 juin à Namur !

Contexte

Détentrice de plus de 75% de la superficie totale des plantations de palmier à huile en Afrique, l’entreprise belge SIAT (Société d’Investissement pour l’Agriculture Tropicale) est spécialisée dans la production d’hévéa, de caoutchouc et d’huile de palme, notamment au Nigéria, Ghana et en Côte d’Ivoire.

Alors que l’entreprise familiale se présente comme une entreprise responsable socialement et environnementalement, dans ces trois pays, aucune consultation des populations locales n’a été effectuée avant de commencer son activité.

Les terres qu’elle accapare ont pour effet immédiat de priver les populations paysannes d’un accès à la terre pour assurer leur propre consommation et obtenir un revenu via les marchés locaux.

  • Confrontée à l’insécurité alimentaire et économique, comment tout peut changer ?
  • Comment les communautés locales peuvent-elles se faire entendre et obtenir justice ?
  • Comment le droit à l’alimentation peut-il prévaloir sur les intérêts de l’agrobusiness ?
  • Comment infléchir nos lois en Belgique pour prévenir les violations de droits humains par les entreprises ?

Intervenant.e.s

  • Sinan Ouattara, président de l’Alliance pour le développement durable et l’environnement, ADDE (Côte d’Ivoire)
  • Daleba Nahounou, responsable « Justice sociale » chez les Jeunes Volontaires pour l’Environnement, JVE (Côte d’Ivoire)
  • Gladys Omerefe Osaghae, membre de l’Integrated Rice Farmers Association of Nigeria, IRFAN (Nigéria)
  • Wisdom Koffi – Directeur exécutif de Youth Volonteer for the environment Ghana (Ghana)
  • Rita Uwaka – Coordinatrice Forest & Biodiversity Programme, FoE Africa (Nigéria)
  • Tomaso Ferrando, professeur de recherche à l’Université d’Anvers sur le lien entre le droit et l’alimentation nous donnera son regard d’expert sur la question.


Un événement réalisé en collaboration avec le CNCD 11.11.11, la Coalition contre la faim et Entraide & Fraternité dans le cadre de la campagne "les droits humains n’ont pas de prix"