Leider ist dieser Text nicht auf Deutsch verfügbar. Originaltext: fr

Evaluation de l’efficacité du projet 2015-2016 "La faim justifie les Moyens! Vers de nouveaux droits pour les paysans"

Rapport final - février 2017

Evaluation externe du projet de FIAN Belgium financé par la DGD entre 2015 et 2016

Résumé exécutif

1. Une évaluation a été menée en fin janvier jusque début février. Elle visait à faire le bilan des efforts engagés par FIAN en 2015 et 2016, particulièrement le projet financé par la DGD. L’essentiel du travail a consisté en une série d’entretiens, individuels ou de petits groupes selon les cas. Il s’agissait d’acteurs partenaires de FIAN Belgium. Le travail s’est concentré sur deux grands domaines, (i) le plaidoyer et (ii) l’accompagnement des mouvements sociaux.

2. A l’issue de ses analyses et investigations sur le terrain, l’évaluateur entend souligner les qualités et l’engagement démontrés par FIAN Belgium et tout spécialement la grande pertinence – et originalité – de l’approche « droits humains » (dans les termes des « droits paysans », « droits à l’alimentation » et « souveraineté alimentaire »). FIAN, par cette approche, apporte une réelle valeur ajoutée, non seulement dans le paysage des ONG belges d’autant plus sensible qu’elle est soutenue par une compétence avérée.

3. De manière transversale, si à première FIAN on pourrait croire que Belgium est discret sur la scène, en réalité, un examen attentif révèle que cette organisation occupe une place centrale et indispensable dans les mouvements sociaux belges liés à l’agriculture ou la souveraineté alimentaire. Sa stratégie d’action « en sous-marin » est apparue à la fois appropriée et efficace. On peut dire, en résumé, que FIAN Belgium a une fonction d’adjuvant dans le domaine de la promotion de l’agroécologie et de la souveraineté alimentaire, une fonction dont tire grand profit une série d’ONG, d’associations, d’institutions, notamment un certain nombre de celles que nous avons rencontrées.

4. Sur un plan plus formel, les éléments suivants méritent d’être pointés :
- La pertinence des thèmes, des stratégies et des approches attirent l’attention ;
- L’efficacité se lit à hauteur du niveau de réussite des résultats ;
- Au vu l’intensité du travail, le nombre d’activités menées au regard de la modestie des moyens, l’efficience ne fait guère l’objet de doutes ;
- C’est particulièrement au niveau du développement des compétences et du pouvoir d’agir des mouvements sociaux que la durabilité s’éprouve.

5. A l’issue des travaux, un certain nombre de pistes et de questions ont été soulevées :
- Le possibilité de développer une stratégie du « coup double » ;
- La nécessité d’agir sur les deux versants, construire des alternatives mais aussi déconstruire les « usines à problèmes » ;
- Une question s’est progressivement dépliée lors des travaux : dans quelle mesure développer le « fil rouge » et dans quelle direction spécialement ?
- Une autre question a été débatuue : en promovant l’agroécologie, « déboulonne-t-on » pour autant la raison spéculative ? En outre, comment promouvoir davantage encore la fonction d’utilité sociétale ? Dans la même foulée, comment questionner la propriété privée (comme droit individuel notamment) et dans la foulée comment promouvoir la « culture du commun » ?

Ces questions logent en filigrane au cœur de l’action de FIAN Belgium et contribuent à lui donner une forte cohérence.

6. A l’issue des travaux, une série de recommandations ont été formulées, non seulement en matière de plaidoyer mais aussi pour l’accompagnement des mouvements sociaux. En surplomb de ces recommandations spécifiques, un certain nombre d’autres recommandations, à caractère général ou transversal ont été formulées :
R1 Maintenir un lien fort – tant stratégique qu’opérationnel – entre, d’une part une action de
plaidoyer (lobby) et, d’autre part, un appui a des mouvements sociaux
R2 Développer l’action en Flandres et dans la foulée faire des liens avec FIAN Nederland ;
R3 Continuer à promouvoir la perspective des droits paysans quelle que soit l’issue. L’approche centrée sur les droits humains est une des forces remarquables et valeur ajoutée de FIAN Belgium
R4 Renforcer la dimension « processus – capacitation » en plus de l’approche orientée issue-
solution ;
R5 Inscrire l’action de plaidoyer et de soutien dans une analyse – mais aussi une compréhension – partagée de l’économie dominante (particulièrement dans une optique fonctionnelle : « comment ça marche ? » « Et nous, notre action là-dedans ? ») et articuler cette compréhension avec les fondements de l’action.

Pour conclure, nous recommandons aux autorités publiques – ou autres – de continuer à soutenir FIAN Belgium tant nous sommes convaincus qu’il s’agit à ce propos d’une démonstration d’utilisation judicieuse des ressources publiques ou collectives, des ressources rares en ces temps de tension économique et d’austérité.

Évaluation

PDF - 384.5 kB

Réponse managériale

PDF - 171.1 kB