20 novembre 2018

La Déclaration des droits des paysan.ne.s : la Belgique rate l’occasion de soutenir les artisan.e.s du modèle agroalimentaire de demain

20 novembre 2018 – Hier à 22h, le texte de la Déclaration des droits de paysan.ne.s, adopté en septembre dernier au Conseil des Droits de l’Homme à Genève, a été mis au vote à la Troisième Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York. Résultat : les Etats ont massivement voté favorablement à l’adoption définitive de la Déclaration par l’Assemblée générale des Nations Unies mi-décembre. Une victoire pour les paysannes et paysans du monde entier, mais une déception teintée de révolte pour les organisations paysannes et la société civile européenne et belges en particulier. Une fois encore, la Belgique rate l’occasion de soutenir les artisan.e.s du modèle agroalimentaire de demain.

Actualisation suite au vote final du 17 décembre 2018 à l’Assemblée générale des Nations Unies qui a adopté la Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales.
Vote final :

  • 121 en faveur
  • 8 contre
  • 54 abstention (dont la Belgique)

A la demande expresse des Etats-Unis, la Déclaration a été mise au vote à la Troisième Commission et y a suscité de vifs débats. Mais cela n’a en rien empêché l’adoption de la Déclaration par la commission : 119 votes en faveur, 7 votes contre et 49 abstentions (voir détails du vote ci-dessous). Les Etats européens se sont à nouveau fait remarquer en s’abstenant sur cette question capitale pour l’avenir de toute l’humanité. Seuls 5 Etats européens (Luxembourg, Moldavie, Portugal, Serbie, Suisse) reconnaissent l’urgence d’appuyer les paysannes et paysans en affirmant leurs droits les plus fondamentaux, nécessaires à l’accomplissement de leur mission : nourrir les générations futures tout en préservant notre planète.

En Belgique, c’est l’incompréhension totale. " Je n’arrive toujours pas à y croire ! " partage Vincent Delobel, jeune éleveur caprin de Tournai, qui a participé au nom de deux syndicats agricoles belges (MAP et FUGEA) aux négociations. " Comment Didier Reynders a-t-il pu prendre une telle décision alors que toutes les voix rurales appelaient à un positionnement positif ? ". En effet, ces dernières semaines, tant le monde politique, qu’agricole et associatif avait multiplié les démarches vis-à-vis du Ministre des Affaires étrangères afin que la Belgique vote « oui » à ce texte. De plus les questionnements techniques des représentants belges sur le texte avaient tous été résolus (voir note complémentaire).

" En tant qu’organisation de la société civile, au-delà de l’occasion loupée par le Belgique d’être en cohérence avec ses engagements pour l’agriculture durable, c’est le manque de respect d’une prise de décision démocratique qui nous inquiète " souligne Florence Kroff de FIAN Belgium. Au niveau européen, plusieurs institutions, dont le Conseil Economique et Social Européen et le Parlement Européen, ont appelé explicitement les Etats membres à voter pour les droits des paysans à l’ONU. En Belgique, les trois ministres régionaux de l’agriculture (Joke Schauvliege, Céline Frémault et René Collin) ont eux aussi appelé le Ministre des Affaires Etrangères à adopter la Déclaration onusienne. Au niveau fédéral, Marie Christine Marghem (Ministre du Développement durable) a aussi demandé à la Belgique de faire avancer son positionnement. Sans évoquer le soutien massif de la société civile belge (plus de 60 syndicats et organisations de la société civile belge), des citoyens européens (une pétition rassemblait à l’heure du vote plus de 71.000 signatures) et du monde académique . « Ce qui nous déçoit le plus, c’est que sur cette question, il y avait un vrai consensus au niveau agricole, prouvant le dépassement du débat idéologique » continue Vincent Delobel.

Il faudra quelques temps aux paysannes, paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales pour se remettre de ce manque de courage politique européen mais, cela n’entachera pas l’espoir que suscite l’adoption de la Déclaration au niveau mondial. "L’adoption de cette Déclaration des Nations Unies est un tournant pour le système international des droits de l’homme. A l’heure où l’ONU risque sa légitimité par une promotion biaisée des intérêts des entreprises, cette déclaration montre qu’il est possible de revitaliser le mandat initial de l’ONU", conclu Sofia Monsalve Suárez, secrétaire générale de FIAN International.

Contact presse :

Vincent Delobel (MAP-FUGEA) : vdelobel@gmail.com - 0487 90 52 02
Florence Kroff (FIAN Belgium : florence@fian.be - 0475 84 56 24

Extraits vidéo du vote du 19/11/2018 : voir ici

Voir aussi le communiqué de presse de la Coordination Européenne Via Campesina : UNITED NATIONS : Third Committee approves the UN Declaration on the Rights of Peasants and Other People Working in Rural Areas

Note complémentaire répondant aux préoccupations de la Belgique

PDF - 271.2 ko

Détails du vote :

Pour (119) : Afghanistan, Algérie, Angola, Antigua-Barbuda, Azerbaïdjan, Bahamas, Bahreïn, Bangladesh, Barbade, Bélarus, Belize, Bénin, Bhoutan, Bolivie, Botswana, Brunei, Burundi, Cambodge, République centrafricaine, Tchad Chili, Chine, Comores, Costa Rica, Côte d’Ivoire, Cuba, République démocratique de Corée, Djibouti, Équateur, Équateur, El Salvador, Guinée équatoriale, Équateur, Équateur, Érythrée, Gabon, Gambie, Ghana, Grenade, Guinée Bissau, Guyana, Haïti, Inde, Indonésie, Iran, Irak, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Kiribati, Koweït, RDP lao, Liban, Libéria, Libye, Luxembourg, Madagascar, Malawi, Malaisie, Maldives, Mali, Mauritanie, Maurice , Mexique, Monaco, Mongolie, Maroc, Mozambique, Myanmar, Namibie, Népal, Nicaragua, Niger, Nigéria, Oman, Pakistan, Panama, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Paraguay, Pérou, Philippines, Portugal, Quatar, République de Moldova, Rwanda, Saint Kitts-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Samoa, Arabie Saoudite, Sénégal, Serbie, Seychelles, Sierra Leone, Îles Salomon, Afrique du Sud, Soudan du Sud, Sri Lanka, Soudan, Suriname, Suisse, République arabe syrienne, Tadjikistan, Thaïlande, Timor-Leste, Togo, Trinité-et-Tobago, Tunisie, Ouganda, Émirats Arabes Unis, République-Unie de Tanzanie , Uruguay, Ouzbékistan, Venezuela, Vietnam, Yémen, Zambie, Zimbabwe

Abstention (49) : Albanie, Andorre, Argentine, Arménie, Autriche, Belgique, Bosnie-Herzégovine, Brésil, Bulgarie, Canada, Colombie, Croatie, Chypre, République tchèque, Danemark, Estonie, Éthiopie, Fidji, Finlande, France, Géorgie, Allemagne, Grèce, Guatemala, Hunduras, Islande, Irlande, Italie, Japon, Lettonie, Lichtenstein, Lituanie, Malte, Monténégro, Pays-Bas, Norvège, Palaos, Pologne, République de Corée, Roumanie, Fédération de Russie, Saint-Marin, Singapour, Slovaquie, Slovénie, Espagne, ARY Macédoine, Turquie, Ukraine

Contre (7) : Australie, États-Unis, Hongrie, Israël, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni, Suède

Pays qui n’ont pas voté (18) : Burkina Fasso, Cap Vert, Cameroun, Congo, République démocratique du Congo, Dominique, Eswatini, Kirghizistan, Lesotho, Îles Marshall, Micronésie, Nauru, Sao Tomé-Principe, Somalie, Tonga, Turkménistan, Tuvalu, Vanuatu

Information sur le processus et le texte :
• Voir l’information disponible sur le site de FIAN Belgium
• Troisième Commission - Commission sociale, humanitaire et culturelle - 19 novembre 2018 - 51ème réunion - Assemblée générale, 73ème session.
Doc UN : A / C.3 / 73 / L.30 - Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales
• Etat d’avancement des projets de proposition - résultat du vote