Leider ist dieser Text nicht auf Deutsch verfügbar. Originaltext: fr Andere Übersetzungen: nl
22. November 2017

Plus de mille Belges se mobilisent pour le climat après le sommet de Bonn

Le weekend du 18 et 19 novembre, plus de 1000 Belges se sont mobilisés pour demander un Plan Belge pour le climat et l’énergie. Lors de ce weekend, qui suivait la clôture du sommet climatique à Bonn (COP 23), 1100 personnes ont manifesté à vélo aux quatre coins de la Belgique (Bruxelles, Namur, Anvers, Gand, Alost et Louvain).[1] Une dizaine d’autres actions ont eu lieu, comme une campagne d’affichage à Bruxelles et un énorme calicot sur l’arche du cinquantenaire.[2] Toutes ces actions répondaient à l’appel à action #Belgiumactnow lancé par plus que 40 organisations et collectifs citoyens belges.[3]

“Les sommets climatiques se succèdent mais les engagements de nos pays européens sont largement insuffisants pour pouvoir respecter l’Accord de Paris, à savoir: ne pas atteindre un réchauffement de 1,5°C, et ne surtout pas dépasser la limite des 2°C. Nous ne pouvons plus nous contenter de paroles et de promesses. Il est temps que des politiques publiques qui tiennent compte des engagements pris à Paris soient mises en place dans tous les domaines de la société belge” explique Camille, porte-parole pour la plateforme #BelgiumActNow.

En 2015, la Belgique avait gagné le prix Fossile à l’ouverture de la COP21 pour être arrivée à Paris sans accord national. La situation n’est guère plus brillante cette année, puisque la Belgique n’a plus de plan national climat et que les émissions nationales sont reparties à la hausse depuis 2014. Alors que l’on entend certains ministres se féliciter dans les médias du travail fourni, la Belgique n’est pas prête d’atteindre les objectifs européens fixés à l’horizon 2020.

“Le sommet climatique à Bonn se clôturait le 18 novembre avec une Belgique qui est loin de faire figure de bon élève en matière de lutte contre le réchauffement. Avec #BelgiumActNow nous voulons qu’à la veille des élections de 2018 et de 2019, la justice climatique soit au coeur de l’agenda politique local, régional, fédéral et européen,” souligne encore Camille. C’est pour cette raison que les manifestations à vélo se sont arrêtées devant les parlements Bruxellois, Flamand et Wallon ainsi que devant le cabinet du ministre Marghem, où ils ont déposé une liste de revendications.[4]

[1] Il y avait 500 participants à Bruxelles, 80 à Namur, 80 à Anvers, 140 à Alost, 40 à Louvain et 250 à Gand

[2] Toutes les actions peuvent être retrouvées ici: http://climate-express.be/act-now-actions/?lang=fr

[3] L’appel #BelgiumActNow est lancé par de nombreuses organisations dont Climate Express, La ligue des Droits de l’homme, Greenpeace, Quinoa, Klimaat & sociale rechtvaardigheid, Rencontre des continents, FIAN Belgium, IEW, Associations 21, Fugea, Cociter, 350 Belgium, Oxfam, Le Réseau des GASAP, FUCID, ADG, Gracq, Réseau ADES, Courant d’air, CADTM, Ferréole, MAP, écolo J, Empreintes asbl, SOS Faim, Financité, Comac, FEF, Les Bloemekets, Les colibris de l’environnement, Tout autre chose, Climaxi.be, PTB, PVDA, Entraide et fraternité, LEF-FGE, DBA, 113eweging, Fin du nucléaire, Groen, MOC, etc.

[4] Retrouvez les revendications ici: http://climate-express.be/revendications/?lang=fr

Photos

https://drive.google.com/drive/u/0/folders/1_ntV6U1Ds0hWbnsDRskV5WsRRdASF2A5