Leider ist dieser Text nicht auf Deutsch verfügbar. Originaltext: fr
14. März 2023
Publication | Réseau mondial pour le Droit à l’Alimentation et à la Nutrition

Rapport sur l’état du droit à l’alimentation et à la nutrition 2022

Focus sur la guerre et la violence

Le rapport de cette année sur l’état du droit à l’alimentation et à la nutrition coïncide avec les discussions sur l’alimentation et la nutrition au Conseil des droits de l’homme des Nations unies. Le rapport est une initiative conjointe du Réseau mondial pour le droit à l’alimentation et à la nutrition, qui fournit un aperçu annuel de ce droit humain essentiel dans le monde entier.


Reflétant les évolutions mondiales, le rapport [EN] se concentre cette année sur le lien entre la guerre, la violence systémique et l’inégalité structurelle. Il examine la manière dont les acteurs économiques puissants, notamment les États et les entreprises, utilisent les conflits, l’occupation et la guerre pour créer et perpétuer leur domination sur les systèmes alimentaires. Le rapport identifie également les tendances nationales et régionales, dont certaines ont également servi de base à un rapport important du rapporteur spécial des Nations unies, Michael Fakhri, sur les conflits et le droit à l’alimentation.

Conflits, occupation et inégalités structurelles

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a perturbé le système alimentaire mondial et ajouté une nouvelle couche à la crise alimentaire mondiale à plusieurs niveaux. Cependant, bien qu’il ait fait la une des journaux, ce n’est pas le seul conflit qui a provoqué un nombre record de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays.

La plupart des personnes sous-alimentées continuent de vivre dans des pays en proie à des conflits armés, comme le Burkina Faso et certaines parties de la région MENA, qui passent largement inaperçus dans les médias grand public.

En Asie, où vivent la moitié des personnes souffrant de la faim dans le monde, les inégalités et les discriminations profondément enracinées, la privation de terres et les bas salaires ont été exacerbés par la mauvaise mise en œuvre des plans et des programmes de lutte contre la pauvreté. À cela s’ajoute une montée de l’autoritarisme, associée à une réduction de l’espace de la société civile, qui continue de creuser le fossé entre les pauvres et les riches.

Les entités financières privées continuent de détenir une part croissante de la dette extérieure des pays africains, ce qui a réduit la capacité d’États tels que le Ghana, la Zambie, le Kenya et le Nigeria à répondre de manière adéquate à la crise alimentaire au niveau national.

La faim a augmenté de 30 % en Amérique latine et dans les Caraïbes au cours des dernières années. La forte dépendance à l’égard des importations d’engrais et la hausse des prix des denrées alimentaires ont eu des répercussions sur les moyens de subsistance et l’accès à une alimentation saine. Certaines communautés paysannes ont atténué l’impact de la crise en récupérant des pratiques agroécologiques traditionnelles et des semences indigènes et en se soutenant mutuellement par le biais d’initiatives de solidarité.

Pas de réponse coordonnée à la crise alimentaire mondiale

Cette dernière crise alimentaire n’a pas fait l’objet d’une réponse multilatérale coordonnée et fondée sur les droits de l’homme, qui donnerait la priorité aux voix des pays et des peuples les plus touchés. Au lieu de cela, nous avons assisté à une pléthore d’initiatives qui se chevauchent et se concurrencent, ce qui entrave les actions coordonnées qui s’imposent d’urgence. Cette situation aurait pu être évitée en donnant les moyens à l’organe des Nations unies chargé de coordonner, d’apporter des réponses politiques et d’assurer la participation officielle des groupes les plus touchés : le Comité des Nations unies sur la sécurité alimentaire mondiale(CSA).

Cependant, le mandat et le rôle du CSA ont été sapés par des gouvernements et des entreprises puissants qui utilisent la crise alimentaire mondiale pour affaiblir la gouvernance alimentaire mondiale inclusive et promouvoir le multipartisme. Ils ont lancé des initiatives fragmentaires et inefficaces parce qu’ils ne veulent pas s’attaquer aux causes profondes d’un système défaillant qui sert leurs intérêts. Cette approche ne tient pas compte du fait que la dépendance à l’égard des importations alimentaires est synonyme de vulnérabilité, en particulier pour les pays et les populations pauvres. Huit pays seulement représentent 90 % des exportations mondiales de blé, et quatre entreprises seulement contrôlent la grande majorité du commerce mondial des céréales.

Des solutions à long terme aux multiples crises mondiales ne peuvent être trouvées dans ces conditions de pouvoir et de contrôle non réglementés des systèmes alimentaires dominants par les entreprises et les gouvernements riches. La société civile, les peuples autochtones et les mouvements sociaux appellent à une approche différente qui soutienne la souveraineté alimentaire locale et l’agroécologie sur la base des droits de l’homme et de l’intérêt public.

Le contenu de ce rapport est basé sur les contributions des membres du Réseau mondial pour le droit à l’alimentation et à la nutrition (GNRtFN), complétées par des informations fournies par d’autres réseaux, ainsi que par des enquêtes et des rapports pertinents, tels que ceux du Mécanisme de la société civile et des peuples autochtones (CSIPM). Le rapport fait partie des initiatives de suivi plus larges du GNRtFN : L’outil de suivi des peuples pour le droit à l’alimentation et à la nutrition et le guide féministe "Cooking up Political Agendas".