Leider ist dieser Text nicht auf Deutsch verfügbar. Originaltext: fr Andere Übersetzungen: nl
20. Oktober 2021
Stratégie #EUF2F de la ferme à la fourchette

Le Parlement européen adopte une position en faveur de la transformation des systèmes alimentaires

Résultat du vote en plénière au Parlement européen ce 19 octobre

Bruxelles, 20 octobre 2021 - Hier soir, à Strasbourg, le Parlement européen a fait un pas en avant dans son objectif de jeter les bases, au niveau régional, de la transformation des systèmes alimentaires pour les rendre durables, sains et équitables, à l’intérieur de ses frontières et au-delà. La stratégie “de la ferme à la fourchette”(Farm to Fork - F2F), présentée par la Commission européenne en mai de l’année dernière, est l’un des principaux piliers du Pacte vert (Green Deal) européen.

Cette stratégie transversale appelle à une action audacieuse pour reconstruire des chaînes de valeur alimentaires qui fonctionnent pour les personnes et la planète. Elle prévoit d’y parvenir en mettant en œuvre une combinaison de mesures réglementaires et volontaires qui incitent à passer de la production (de la ferme) aux modes de consommation (à la fourchette) dans une voie durable, en l’accompagnant de fonds pour la recherche et l’innovation. Elle prévoit également une révision des politiques et des accords commerciaux de l’UE ainsi que des priorités de coopération internationale pour les aligner sur les objectifs d’une transition mondiale vers des systèmes alimentaires durables.

Du point de vue de FIAN, bien que la stratégie F2F ne soit pas suffisamment ancrée dans les droits de l’homme et pourrait être plus ambitieuse, nous la considérons comme une première étape visant à transformer la façon dont les aliments sont produits et consommés.

Elle implique un changement du modèle agro-industriel tel que nous le connaissons aujourd’hui sur l’ensemble de la chaîne de valeur, y compris la distribution et la vente au détail. Ses aspirations doivent aller de pair avec la mise en œuvre des plans stratégiques nationaux de la politique agricole commune (PAC).

En réaction, les grands exploitants agricoles, l’agro-industrie et même le Secrétaire d’Etat américain à l’agriculture sont montés aux barricades avec des slogans alarmistes. Les lobbies industriels de l’agro-alimentaire ont lancé une vaste campagne auprès des députés européens conservateurs et libéraux pour affaiblir les objectifs verts du texte, en prévoyant les pires présages pour la sécurité alimentaire des citoyens européens. Des messages de panique prédisant une chute de la production et une augmentation exponentielle des prix alimentaires ont envahi les débats en session plénière lundi après-midi à Strasbourg, avant le vote d’hier. Ce tapage de la droite, visant à protéger les intérêts de l’agrobusiness a heureusement échoué pour le résultat final.

Une grande majorité des parlementaires (452 voix pour, 170 voix contre, 76 abstentions) ont approuvé le texte final, unissant le bloc progressiste et une partie du groupe conservateur qui s’étaient initialement alliés depuis le début avec la co-écriture du rapport du Parlement par Mme Anja HAZEKAMP, une députée néerlandaise du groupe de gauche (GUE/NGL), et M. Herbert DORFMANN, un député italien du groupe politique PPE.

Bien qu’il ne soit pas juridiquement contraignant, le texte exprime la position du Parlement vis-à-vis des objectifs déjà fixés par la Commission dans sa communication de mai 2020. FIAN, également membre de la European Food Policy Coalition, se félicite de ce rapport et invite la Commission à prendre des mesures pour mettre en place une stratégie imperméable à l’emprise des entreprises, en établissant des garanties claires contre les conflits d’intérêts qui entravent la transformation de nos systèmes alimentaires, en plaçant les personnes au centre des politiques et en traitant l’alimentation comme une question d’intérêt public.

Le vote en plénière au Parlement européen a révélé les mécanismes du lobby de l’agro-industrie pour annihiler toute tentative de changement qui affecte leurs profits, au mépris du climat, de la nature et de la société. Il est temps de travailler ensemble dans une stratégie qui respecte les droits humains, qui promeut l’agriculture agroécologique, et qui le fait de manière solidaire avec les producteurs et les consommateurs d’aliments du monde entier, en renforçant la résilience à long terme de la planète.

Personne de contact : Almudena Garcia I Sastre, chargée de plaidoyer européen - almudena[at]fian-europe.org

Plus d’infos ? Voir le rapport INI Farm to Fork [EN]