Pas de nourriture dans ma voiture !

Évaluation de la politique belge d’incorporation d’agrocarburants

Ce samedi 14 septembre, des actions se sont déroulées dans plusieurs pompes à essence du pays, afin d’informer les automobilistes belges des conséquences de la production massive d’agrocarburants à partir de nourriture. Parallèlement, un nouveau rapport de plusieurs ONG dénonce ces agrocarburants comme une menace pour la sécurité alimentaire mondiale car elle absorbe des dizaines de millions de tonnes de céréales et d’huiles végétales en Europe.

80 % des Belges ignorent rouler avec des agrocarburants produits à partir de nourriture.

Pourtant le Plan National Energie Climat belge prévoit d’augmenter l’utilisation de ces agrocarburants dans notre pays. Ce plan doit être approuvé d’ici la fin de l’année 2019. Or, la production massive d’agrocarburants constitue une menace pour la sécurité alimentaire mondiale car elle absorbe des dizaines de millions de tonnes de céréales et d’huiles végétales en Europe. Le bilan carbone de ces « biocarburants » est également plus lourd que celui affiché par les énergies fossiles. Des constats au cœur du dernier rapport spécial publié par le GIEC, en août dernier.

Le CNCD-11.11.11, FIAN, 11.11.11, Inter-Environnement Wallonie, Greenpeace et Oxfam-en-Belgique dénoncent dans un rapport (disponible ci-dessous) une politique belge qui détruit plus de 800.000 tonnes de nourriture chaque année. Les céréales transformées pour l’éthanol consommé en Belgique correspondent à la consommation annuelle en céréales de 2,3 millions de personnes. Les huiles végétales transformées en « biodiesel » correspondent, quant à elles, à la consommation d’huile de 17 millions de personnes. Et le biocarburant fabriqué à partir de ces aliments ne remplace au final que 5,5% du pétrole dans les réservoirs.

Pourtant, la Belgique a la possibilité de revoir sa politique en la matière, comme l’y autorise la directive européenne RED II. Cette directive ne contraint plus les Etats membres à recourir aux agrocarburants.

Plus de la moitié de la nourriture utilisée pour produire les agrocarurants vendus en Belgique provient de pays non européens. Notre politique énergétique et de mobilité pèse donc sur les terres agricoles et la sécurité alimentaire de nombreux pays du Sud.

« Rouler avec la nourriture, c’est un crime contre l’Humanité, comme l’a dénoncé Jean Ziegler et une atteinte au droit à l’alimentation. Le GIEC identifie les agrocarburants comme une menace pour la sécurité alimentaire et le climat. Il est temps d’arrêter ce gaspillage », rappelle Stéphane Desgain du CNCD-11.11.11.

Télécharger la note : Pas de nourriture dans ma voiture. Évaluation de la politique belge d’incorporation d’agrocarburants

PDF - 1 Mo