Helaas, dit artikel is nog niet in het Nederlands beschikbaar. Vindt u dit spijtig? Wij ook. Als u ons team van vrijwillige vertalers wilt versterken, aarzel dan niet om contact met ons op te nemen! Oorspronkelijke taal: fr
11 mei 2012

Les Directives de la FAO sur la gouvernance foncière : un pas modeste - les gouvernements doivent s’engager à les mettre en œuvre

Rome, 11 mai 2012 – Insistant depuis plus de dix ans sur l’importance d’inscrire la thématique de la terre en haut de l’agenda politique international, FIAN se réjouit de l’adoption par le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) des Directives volontaires de la FAO pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale.

Téléchargez la fiche de synthèse des Directives volontaires ci-dessous :

PDF - 1.2 MB

Cette étape illustre une situation totalement contraire à celle qui avait suivi la Conférence Internationale sur la Réforme Agraire et le Développement Rural (CIRADR) en 2006, lors de laquelle de puissants gouvernements se sont opposés à la mise en œuvre de leurs engagements de la CIRADR, c’est-à-dire de placer la terre et les ressources naturelles au centre du travail de la FAO.

« Nous espérons que ces Directives marqueront un tournant dans le cadre politique international relatif à la gouvernance des terres, pêches et forêts », a déclaré Flavio Valente, Secrétaire-général de FIAN International. « La défense d’un accès équitable à la terre et aux ressources comme condition préalable pour permettre des systèmes de production alimentaire décentralisés, durables et autonomes constitue une composante essentielle du droit à une alimentation adéquate ainsi que d’autres droits. La terre, les pêches et les forêts ne peuvent pas être laissées à la merci des marchés et des spéculateurs. »

FIAN s’est engagée dans le processus des Directives dans l’espoir de consolider et d’étendre le cadre international des droits de l’Homme relatif à la gouvernance des ressources naturelles face aux tendances de privatisation et marchandisation croissantes des ressources naturelles.

Jusqu’à présent, seuls les peuples indigènes jouissent de la reconnaissance internationale de leurs droits à la terre et aux ressources naturelles. Pour les autres groupes ruraux tels que les paysans, les pasteurs et les pêcheurs, la reconnaissance internationale de leur droit à la terre et aux ressources naturelles est implicite et éparpillée dans différents instruments.

« C’était un objectif ambitieux que de pousser pour l’incorporation des normes développées par le système onusien des droits humains dans le travail de la FAO relatif à la gouvernance foncière », a déclaré Sofia Monsalve Suárez, l’une des représentants de la société civile impliqués dans les négociations et coordinatrice du Programme de FIAN relatif à l’accès aux ressources naturelles.

Selon Monsalve Suárez, la résistance de nombreux gouvernements à accepter des normes contraignantes et à appliquer totalement une approche fondée sur les droits humains à l’égard de la gouvernance foncière a rendu impossible l’adoption d’un langage plus clair.
« C’était consternant d’entendre plusieurs gouvernements dire et redire pendant les négociations que la gouvernance est une question technique et qu’elle n’a dès lors rien à voir avec les droits humains », a-t-elle souligné. « Quoi qu’il en soit, un premier pas modeste a été fait. »

FIAN s’engage à adopter les Directives pour appuyer les luttes actuelles contre l’accaparement de terres et pour défendre les droits à la terre et aux ressources naturelles des petits producteurs de denrées alimentaires. FIAN interprétera également des sections ambiguës des Directives à la lumière des normes existantes les plus élevées en matière des droits humains liées à la terre et aux ressources naturelles.

Le défi réel le plus important pour remédier profondément au problème demeure : Le nombre de violations du droit à une alimentation adéquate et d’autres droits humains en lien avec la destruction de l’accès existant aux terres, pêches et forêts augmente dans de nombreux pays en raison d’une interaction complexe de facteurs. C’est pourquoi FIAN presse les États de s’attaquer à ce grave problème et à prendre toutes les mesures nécessaires pour améliorer la gouvernance foncière au niveau national, notamment en appliquant les Directives.

###

Contact :
FIAN International :
Sofia Monsalve Suárez,
+49 1737570286, monsalve@fian.org.

FIAN Belgium :
Claire Guffens
claire@fian.be

A propos de FIAN International
FIAN est une organisation internationale de droits humains qui lutte pour la réalisation du droit à une alimentation adéquate depuis plus de 25 ans. FIAN se compose de sections nationales et de membres individuels dans plus de 50 pays dans le monde. www.fian.org