13 juin 2022
Communiqué de presse - 13 juin 2022

Atteinte aux droits humains et à l’environnement par l’entreprise belge SIAT : une délégation africaine témoigne et se mobilise à Bruxelles

Une délégation de communautés africaines qui accuse l’entreprise belge SIAT d’avoir accaparé leurs terres sera à Bruxelles du 12 au 22 juin. Au programme, une mobilisation devant le siège de l’entreprise, des rencontres politiques en marge des débats législatifs sur le devoir de vigilance des entreprises et des rencontres avec la presse. À cette occasion, un collectif d’organisations africaines et européennes publie une nouvelle note relevant les témoignages dénonçant des accaparements de terres par SIAT en Afrique.

Téléchargez ce communiqué


Cinq représentantes et représentants communautaires venant du Ghana, du Nigeria et de la Côte d’Ivoire seront à Bruxelles pour dénoncer les atteintes aux droits humains qu’ils subissent depuis des années. Tous dénoncent l’accaparement de leurs terres par une entreprise belge spécialisée dans la production de caoutchouc et d’huile de palme, SIAT (Société d’investissement pour l’agriculture tropicale).

SIAT fait partie des cinq grandes entreprises qui contrôlent à elles seules 75% des plantations de palmiers à huile en Afrique. Elle vend ses produits à base d’huile de palme à de grandes multinationales telles qu’Unilever et Nestlé, et ses produits en caoutchouc alimentent les chaînes d’approvisionnement de géants internationaux du pneumatique tels que Michelin et Goodyear.

L’extension des plantations de SIAT s’est faite sans garantir les droits des communautés locales. Bien que les contextes soient différents d’un pays à l’autre, les témoignages des communautés ghanéennes, ivoiriennes et nigérianes se rejoignent quant aux impacts de l’entreprise : accaparement des terres menaçant notamment la souveraineté alimentaire des communautés locales, pertes de biodiversité, dégradation de l’environnement et vive répression aux oppositions aux activités de l’entreprise menées par les populations.

Les représentants des communautés locales viennent témoigner à Bruxelles pour mettre en lumière la responsabilité de SIAT. Elles viennent également dénoncer un modèle de développement agricole prédateur et inspiré d’une logique néocoloniale et elles appellent à l’adoption de règles contraignantes fortes pour les entreprises sur le plan belge, européen et international.

Agenda de la visite et possibilités de rencontre

Composition de la délégation

  • Gladys Omorefe Osaghae (Nigeria) : agricultrice, leader communautaire et secrétaire d’un groupe de femmes de la communauté d’Obaretin. membre de l’Integrated Rice Farmers Association of Nigeria (IRFAN).
  • Sinan Ouattara Issifou (Côte d’Ivoire) : représentant des communautés locales de Famienkro, porte-parole du roi des Andoh et président de l’Alliance pour le développement durable et l’environnement (ADDE).
  • Daleba Nahounou Pierre Lautti (Côte d’Ivoire) : responsable « Justice sociale » et des programmes au sein de l’association Jeunes Volontaires pour l’environnement (JVE) - Côte d’Ivoire
  • Rita Uwaka (Nigeria) : coordinatrice du programme Forêt & Biodiversité, les Amis de la Terre Afrique
  • Wisdom Koffi Adjawlo (Ghana) : directeur exécutif de l’association Youth Volunteers for the environment - Ghana

Complément d’information

Contacts

Presse africaine :

  • Sinan Ouattara Issifou (français), Représentant des communautés locales de Famienkro, Côte d’Ivoire T : +225 0707364967 - lupote86@gmail.com
  • Daleba Nahounou Pierre Lautti (français), Jeunes Volontaires pour l’environnement, Côte d’Ivoire T : 225 0747272953 nahounou24@yahoo.fr
  • Wisdom Koffi Adjawlo (anglais), Youth Volunteers for the environment, Ghana T : +233249648407 - adzawlo01@yahoo.fr

Presse belge :

Presse européenne :